Rigueur spirituelle et rigidité des principes? Une boussole pour sa vie

28/01/2017

 

 

Sur mon chemin spirituel, j'ai découvert que pour rester libre, je me dois de conserver des principes très forts. Un des principes que je me dois de garder contre les vents et marées des tentations, c'est la sincérité et l'honnêteté de la non recherche de profit.

 

Il est évident que je dois vivre de mon métier, et en ce qui me concerne, je veux vivre confortablement, je veux que moi et ma famille puissions découvrir de nouvelles choses, apprendre, avoir du plaisir, manger sainement, nous cultiver, lire, jouer, voyager... Etre en accord avec nos principes de vie. 

Et je dois rester fidèle également à ma mission de vie ! Montrer la voie, partager la lumière à ceux qui ont besoin d'avancer, de se repérer, et qui voient mal dans la pénombre... 

 

Je me sens en gratitude pour cette évolution de ma pensée. Devoir être fidèle à mes principes, à mes choix... Aux valeurs que j'ai choisies après avoir appris à laisser derrière moi celles qui ne m'appartenaient pas.

Ayant rencontré ma liberté, il m'est maintenant demandé d'en être responsable !

C'est la plus belle chose que j'aie apprise jusqu'à maintenant ! Et je suis constamment émerveillée par les apprentissages que la Vie m'offre.

 

 

J'ai découvert que les valeurs, ce sont les motivations de nos comportements... Cela m'a poussée à une introspection importante... Défaire le fil... Me délier... 

C'est une remise en question très déstabilisante, car les valeurs que nous prônons nous ont parfois été transmises sans que nous ne les portions réellement.

Par exemple, je portais une valeur d'honnêteté par la pauvreté. Voire une préférence pour la misère... Cela m'a permis d'être très à l'écoute de personnes en souffrance économique, physique, psychologique. Et j'étais totalement fascinée par la souffrance. 

Peut-être avais-je appris familialement que s'occuper de la misère des autres a un double bénéfice : se distraire de sa propre misère, et se donner bonne conscience... Peut-être même que cela augmente la vanité, ou tout au moins l'estime de soi. Ou encore que cela permet de se rassurer soi-même sur la relativité de sa propre misère!

 

Je ne suis pas allée vers l'opposé soient le mépris, l'indifférence ou la négation... 

Mais vers quelques nuances :

Je me privilégie désormais, et ne fais plus passer les besoins des autres avant les miens. Cela demande une grande conscience de soi et une routine d'introspection

 

Je ne suis plus fascinée par la souffrance et la misère mais par l'évolution dont on est capable pour vivre !

J'ai appris à chercher en moi l'estime de ce que je suis et de ce que j'accomplis. 

Je ne me sens donc plus misérable ou souffrante, je n'ai donc plus besoin de relativiser en cherchant plus malheureux que moi !

 

J'ai découvert également que les valeurs de Liberté et de Responsabilité étaient très importantes pour moi. Et que dans cette vision, chacun a la responsabilité de prendre soin de soi, de s'émanciper, d'améliorer sa vie, de construire sa liberté... Ou non... 

Cela exclue à la fois la notion d'aide, ou de charité et la vanité de prendre en charge les autres.

 

A cela se rajoute une autre valeur, celle de la Compassion

Et là se situe le challenge de Vie auquel j'adhère... Avoir la discipline de se maintenir dans un état de Compassion, mêlée à la Liberté et à la Responsabilité de chacun sur son propre chemin à commencer par soi !

 

Avec toute ma tendresse,

 

Marie

Share on Facebook
Please reload