Du coaching pour chômeurs... Le Forem ne le fait pas déjà ?!

05/02/2017

Effectivement, de nombreuses organisations, avec le Forem en tête de file, aident les chômeurs à remplir leur "devoir" de recherche d'emploi.

 

Je ne partage pas cette notion de devoir, y préférant l'idée de responsabilité et de liberté qui impliquent une possibilité de choix. Or, ici, pas de choix possible par manque d'offres d'emploi et probablement en raison de l'actuelle organisation du travail et des études. Je considère que nous devrions tous avoir le choix de faire l'activité qui nous convient dans la perspective de participer à la satisfaction des besoins de la collectivité. Selon moi, les activités d'utilité collective couvrent autant l'enseignement que le nettoyage ou encore les métiers de la création.

 

Ainsi, je trouve du sens dans le fait d'ouvrir les possibles... En redonnant une dimension de libre arbitre, de responsabilité individuelle et collective... 

 

Des études, et l'expérience du chômage démontrent ses implications pour une personne sans activité sur la difficulté à se structurer, sur le manque de capacité à se projeter dans l'avenir, sur le sentiment d'insécurité permanente dû à la précarité, sur le manque de motivation qui nous piège et nous noie, emportant toutes les passions dans les profondeurs de la léthargie... La confusion du jour et de la nuit, le manque d'estime de soi, le sentiment d'inutilité... 

Le regard social se rajoutant à la culpabilité et au sentiment de nullité...

Et le cercle vicieux créant de l'angoisse là où l'on pourrait trouver une issue : le manque d'estime de soi empêchant d'avoir la confiance en soi nécessaire pour défendre sa motivation devant un patron, pour disputer une place face à une concurrence "féroce". 

 

 

C'est pour tous ceux qui vivent cette souffrance que je propose ce coaching. Non pas pour accompagner à la recherche d'emploi, d'autres institutions ont de meilleurs outils que moi pour ça! Mais pour améliorer l'image de soi, pour revenir à une conscience de soi en tant qu'individu, ayant un droit d’existence et même de bien-être, malgré son 'inoccupation'... Réorganiser la pensée en ramenant la conscience de la liberté de choix, en montrant qu'il est possible de trouver des gratifications différemment, en retrouvant des plaisirs simples de la vie, en recréant le plaisir relationnel, en trouvant de la motivation pour s'épanouir, avoir des activités agréables... Peut-être prendre la décision de se reformer, ou d'améliorer ses connaissances. 

Trouver des stratégies et de nouvelles façons de penser pour se sentir à nouveau capable de travailler et dépasser des croyances négatives et limitantes.

 

Voilà la vision que je souhaite partager, une vision que je pense humaniste remettant l'humain au centre de sa propre vie via ses choix, sa liberté d'être et d'évoluer.

 

Share on Facebook
Please reload

Please reload

Posts Récents