Borderlines : Mieux vous comprendre. L'instabilité (chapitre 3)

 

3. L'instabilité

 

Les fluctuations émotionnelles

Vous vivez toute votre vie au travers du flux de vos humeurs, et c'est clairement ce qui vous distingue le plus des autres : vous êtes totalement fluctuant-e ! La colère succédant à la joie, la dépression à l'euphorie... Tout est cyclique, et d'une extrême intensité !

Vous voyez les autres, qui semblent ne pas réagir à ce qui leur arrive, ou si peu... Alors que vous, c'est tous les jours des émotions extrêmes et violentes...

 

Et la chute...

Il peut vous arriver de vivre des périodes de détresse et de dépression extrêmes et permanentes, durant parfois des semaines ou des mois... Où personne ne comprend ce que vous vivez, certains étant juste indifférents, d'autres vous jugeant. Vous vivez ces émotions seul-e, ce qui les rend d'autant plus douloureuses et insurmontables.

Mais vous êtes tellement fort-e ! Rappelez-vous que vous avez survécu à toutes les précédentes, que vous avez été combatif-ve, courageux-se, volontaire ! Vous êtes un-e survivant-e !

 

Faites-vous accompagner, trouvez un groupe de soutien, un groupe de parole. Il y en a parfois dans les hôpitaux, il y a des groupes sur Facebook, sur des forums, etc. Trouvez un bon thérapeute, qui puisse vous soutenir dans vos pires moments. Demandez-lui peut-être si vous pouvez le contacter par téléphone ou sur skype car dans certaines périodes de dépression extrême, il n'est plus possible de sortir de chez soi.

 

Si vous êtes trop loin dans la détresse, souvenez-vous que vous remontez à chaque fois.

Si ça peut vous aider, transformez votre vide intérieur en colère. Trouvez une bonne raison de vous mettre en rage, développez et attisez la colère que cela suscite en soufflant sur la braise en conscience ! Profitez de cette colère comme d'un ressort vous permettant de sauter hors du trou !

Gardez juste en conscience que cette colère est seulement un outil, un dérivatif. Qu'elle n'est pas le but en soi.

 

Se donner le temps de vivre les émotions

Pour prévenir la dépression, je préconise de vivre les émotions pleinement : donnez-vous la possibilité de déprimer de temps en temps. Cela semble totalement délirant de vouloir vivre pleinement la dépression, la tristesse, la détresse, le vide ou la colère ! C'est que nous sommes habitués à réagir par la lutte. Nous cherchons à aplanir notre caractère car les débordements émotionnels sont jugés négatifs. On parle d'émotions « négatives » d'ailleurs. Et effectivement, elles sont désagréables, inconfortables, voire extrêmement douloureuses ou même dangereuses lors de passages à l'acte.

Lorsque je parle de résolution de l'émotion, je ne parle JAMAIS de passage à l'acte dangereux pour soi ou pour autrui. Il est absolument nécessaire de conserver cette zone de sécurité et en cas de danger, il est nécessaire de tout mettre en œuvre pour se protéger et protéger les autres, comme de prendre un médicament ou de se faire accompagner par un médecin.

 

Rappelez-vous, dans le chapitre sur les émotions, qu'elles ont la fonction vitale de nous alerter sur un dysfonctionnement, un danger. Ces émotions doivent être résolues et donc entendues pour pouvoir s'atténuer, de la même façon qu'une alarme incendie doit être entendue pour être coupée. Et on ne la coupe que lorsque le feu est contrôlé.

 

Vivre la déprime comme un moment pour soi

Délimitez votre temps très intime de déprime : donnez-vous x heures ou x jours (selon vos possibilités organisationnelles et vos besoins, sachant que pendant cette déprime, vous ne sortirez probablement pas de chez vous). Poussez ce moment assez loin pour en profiter pleinement. Découvrez le plaisir intense caché dans ce cocktail de sentiments mêlés que sont la colère, la culpabilité, la tristesse pour soi-même. Dans un premier temps, consacrez un temps pour les vivre pleinement, et entrez dans ces émotions.

Dans un second temps, sortez de vous ces sentiments, pleurez, tapez dans des coussins, criez si vous en avez la possibilité, cassez quelque chose si c'est votre pulsion (évitez tout de même les objets auxquels vous êtes fort attaché-e)... Mais gardez en tête que ce temps consacré à votre souffrance est délimité car le cycle tourne toujours, rien n'est permanent !

 

Accepter et comprendre le cycle

Pour cela vous devez bien comprendre et accepter que tout est cyclique. Surveillez vos cycles, ils varient selon la saison, la lumière à laquelle vous vous exposez, les temps de sortie que vous avez, les contraintes externes, problèmes financiers, tensions, crises relationnelles, présence de proches, etc.

Prenez note de vos changements d'humeur et des causes. D'abord les causes visibles. Ensuite prenez un moment d'introspection pour analyser les causes invisibles, les causes plus douloureuses. Attention, ça réveille des douleurs, écrivez ce qui vous vient et ne vous y plongez pas trop émotionnellement ! Gardez vos distances, sauf si vous ressentez le besoin d'entrer dans une profonde introspection. Ces notes peuvent être une excellente base pour travailler avec un psy, psychanalyste, psychiatre.

 

Exemple :

Katia est de bonne humeur mais elle se rend vite compte que l'heure tourne et qu'elle doit se dépêcher pour arriver à l'heure à son rendez-vous. Elle se prépare, tout va bien. Elle arrive à démarrer dans les temps.

Elle arrive à son rendez-vous à l'heure, chez la directrice de sa fille, Sophie.

La directrice lui explique que ça se passe bien dans l'ensemble, mais qu'elle pense que Sophie manque de sommeil. Katia s'effondre, elle pleure. Rentrant chez elle, elle commence à s'énerver, se met en rage et casse un cadre dans lequel il y a une photo d'elle et de sa fille.

 

Parmi les causes visibles, relevons :

  • le stress d'arriver en retard

  • la vexation par les paroles de la directrice, et d'être remise en question

 

Les causes invisibles et plus profondes :

  • Katia se sent jugée en tant que maman

  • Elle a l'habitude d'être considérée incapable d'accéder au bien-être de sa fille, elle passe pour immature et égoïste

  • Elle reçoit les paroles de la directrice comme une preuve de son incapacité

  • Elle est déchirée d'être coupable de faire « du mal » à sa fille, de la « maltraiter »

  • Elle est furieuse contre elle-même, pense qu'elle devrait disparaître plutôt que de continuer à faire du mal à sa fille

  • Elle s'attaque à un symbole de la relation qu'est la photo

  • Elle se sent tellement incapable d'être positive pour les autres, elle se souvient que petite, les autres la rabaissaient déjà et qu'elle se sentait tellement nulle... Elle aurait préféré mourir que de vivre ces humiliations... Et son père qui lui disait ensuite qu'elle l'avait sûrement cherché parce qu'elle avait « toujours l'art de ne pas se faire aimer ».

 

Ainsi, le « bouton » c'est une parole d'une autorité au sujet de sa fille, disant qu'elle est fatiguée.

La réaction c'est de la tristesse, et de la rage ensuite

L'écho c'est « je ne suis pas capable de faire du bien, je suis mauvaise, je devrais disparaître »

Le vécu originel c'est « je ne peux pas être aimée, je ne le mérite pas » entraînant une analyse inconsciente : « si je ne peux pas être aimée, c'est que je suis mauvaise » et cette croyance devient la base d'interprétation de tout ce qui l'entoure.

 

 

Mettez déjà en place une analyse telle que celle-ci après une explosion émotionnelle en vous posant quelques questions :

  • Qu'ais-je dit ou fait ?

  • En réaction à quoi ?

  • Quelles ont été mes émotions à ce moment ?

  • Quelle sensation de mon passé est remontée ? Quels souvenirs ?

 

 

 

Adepte du changement

Vous aimez les changements, ils rythment votre vie, et vous vous lassez vite des routines. Qu'à cela ne tienne ! Faites-en volontairement, ainsi, vous aurez la satisfaction de briser la routine, sans pour autant mettre à sac une relation bénéfique construite, ou un boulot qui vous corresponde enfin.

 

Prendre conscience des manifestations corporelles

Vous sentez peut-être lorsque vous avez besoin d'un changement : un fourmillement, un picotement, les jambes qui ne tiennent plus, de petites palpitations, une tension dans la nuque ? Si vous n'avez pas conscience d'indices physiques, restez attentif-ve les prochains mois, cherchez si votre corps montre des signes. Si c'est le cas, ils seront un excellent repère pour vous connaître mieux et pour anticiper vos besoins : mieux vaut créer un changement volontairement lorsque vous en avez besoin que de se voir agir impulsivement et créer des bouleversements non désirés par pulsion... D'autant plus que ça suscite automatiquement de la culpabilité, engrenage qui vous entraîne vers plus de déprime, plus d'émotions incontrôlées, plus de colère, etc.

 

Quels changements ?

Changez une habitude, faites une promenade surprise en ne sachant pas où vous allez, procédez à des changements physiques, une nouvelle coiffure, un changement de disposition des meubles, la lecture d'un nouveau livre, essayez de vous faire une nouvelle connaissance pas du tout comme vos amis habituels, faites un truc délirant comme aller sauter à l'élastique... Toute sortie de routine est bonne à prendre, tant qu'elle est hors de danger !

Vous pouvez vous faire quelques surprises ! Laissez-vous inspirer par le moment !

 

Si cela vous semble à dix mille lieues de votre stade actuel, ne vous en préoccupez pas actuellement, ou alors de façon très secondaire. Cela ne nie pas l'importance de votre situation émotionnelle, même si c'est plus superficiel et fantaisiste.

 

Connaître et utiliser ses cycles

Si vous en avez besoin, faites face à vos changements d'intérêts en en ayant plusieurs !

Préparez différentes activités, au gré de vos désirs, et établissez une liste de ce que vous avez commencé. Lorsque vous vous ennuyez sur une de vos tâches, continuez-en une autre !

Apprenez à vous écouter, les indices corporels sont vraiment intéressants car ils vous guident mieux que vos émotions qui sont moins claires le plus souvent. Vous pourriez découvrir que vous avez des cycles spécifiques comme :

  • des cycles de créativité intense

  • des cycles d'hyper-activité physique

  • des cycles d'hyper-activité intellectuelle

  • des cycles plutôt spirituels

  • des cycles plus internes, d'introspection

 

Si ces cycles ne sont pas bien conscientisés, ils peuvent partir en roue libre et laisser libre cours aux émotions violentes non résolues.

Ainsi, chaque cycle incompris se réaliserait de façon totalement différente :

  • des cycles de créativité intense exprimés par de la paranoïa, des angoisses, des délires de persécution, d'abandon, un imaginaire interprétant tout de façon négative, violente, auto-destructrice

  • des cycles d'hyper-activité physique exprimés par une impulsivité extrême, des débordements de colère, un besoin de fuir, de partir, d'échapper, de prendre des drogues, d'aller dans ses addictions, le jeu, le sexe...

  • des cycles d'hyper-activité intellectuelle s'exprimant également par de la paranoïa, des délires, des plans sur la comète, un besoin de communiquer pouvant être envahissant pour les autres

  • des cycles plutôt spirituels entraînant la pensée dans des sphères non balisées pouvant être délirantes

  • des cycles plus internes, d'introspection se manifestant malheureusement par de la dépression, de la fatigue mentale, du stress, une émotionnalité à fleur de peau, la sensation d'être absorbé par le grand vide...

 

Ces cycles peuvent prendre une autre coloration, si vous apprenez à les repérer et à anticiper sur vos émotions et impulsions. Listez les activités que vous pourriez apprécier, voire vous passionner dans chaque cycle que vous pouvez avoir :

  • des cycles de créativité intense : dessiner, peindre, écrire, créer des projets, des scénarios, des compositions musicales, de l'artisanat, des jeux, des meubles, des contes, des recettes, des BD, des vêtements, des plans de jardins, des maquettes, etc.

  • des cycles d'hyper-activité physique : faire son jardin (permet d'expulser le surplus d'énergie et apaise en même temps...), faire le ménage, les grands rangements, modifier la disposition des meubles, la déco, aller couper du bois, courir, faire du sport, aller visiter une ville, etc.

  • des cycles d'hyper-activité intellectuelle : c'est le moment pour découvrir un tas de nouvelles choses, lire, apprendre une langue, une nouvelle technique créative, un nouveau riff, inventer un truc en réfléchissant bien à tout ce que ça implique, faire le plan et envisager la commercialisation, créer des projets, créer un scénario, et peaufiner les créations d'un point-de-vue moins spontané et plus analytique, permettant une plus grande qualité encore !

  • des cycles plutôt spirituels : c'est le moment de lire un roman initiatique, de vous pencher sur de grands mystères de l'histoire comme l'Atlantide, sur la physique quantique et la synchronicité de Jung, sur la méditation et de commencer un cycle de méditations guidées, de regarder des films initiatiques, des vidéos youtube, etc. Méfiez-vous cependant de ce qui est obscurantiste, complotiste, trop irrationnel, supersticieux, et ne vous embarquez pas dans un délire de voyance qui vous coûterait tout votre salaire ! Il ne s'agit pas ici de retomber dans le côté délirant ni dans les addictions. Il faut rester vigilant.

  • des cycles plus internes, d'introspection : prenez ce temps pour entrer en vous, écrivez pour faire ressortir et nettoyer ce qu'il reste en vous comme souffrances, gardez surtout un regard tendre et bienveillant sur vous-même ! Comme s'il s'agissait de ce petit enfant que vous avez été... Ce n'est pas du tout le moment de vous confronter à des tâches confrontantes ou extériorisantes, ne cherchez pas la foule, ne vous confrontez pas à des personnes qui suscitent la tristesse ou la colère en vous... Protégez-vous, dorlotez-vous, prenez du temps paisible, faites des activités qui demandent peu d'efforts, mais douces ! Prenez un bain, faites-vous plaisir, préparez-vous du thé, de la tisane, manger un repas qui vous fait tellement plaisir...

 

Dès lors que vous apprendrez à vous respecter et donc à respecter vos cycles, qui ne sont pas des caprices mais des besoins, vous entretiendrez un cercle vertueux où chaque partie de vous aura la possibilité de s'exprimer de façon positive, consciente, appréciable. Cela vous rendra performant et efficace, cela facilitera chaque part de votre vie !

Plus vous apprendrez à sortir de la lutte permanente, plus vous serez en harmonie et plus vous pourrez rayonner positivement ce que vous êtes !

Faites une force de tout ce que vous êtes !

 

 

Share on Facebook
Please reload