Cuirasse, ô ma cuirasse... Sans toi, que me resterait-il? Périple par-delà la souffrance...


Lorsque l'on traverse la vie, après avoir vécu des traumas et souffrances quelques fois effroyables, les protections sont nombreuses et multiformes... Nos inconscients brillent d'ingéniosité pour nous permettre de survivre : déni, obsession, sublimation, distanciation, dissociation, dépersonnalisation, croyances diverses, phobies, émotions "négatives"... Toutes ces manifestations peuvent devenir sources de nouvelles souffrances, de frustrations, d'isolement, et pourtant, ce sont bel et bien des protections!

Regardons-y un peu plus profondément que ce qu'elles évoquent en un premier temps.

L'enfant qui a vécu des souffrances profondes peut avoir un besoin vital de se construire face à l'adversité, face aux dangers, en devenant une sorte de guerrier. En tant que "guerrier", les émotions principalement extériorisées sont la colère, la révolte, la rage, l'impulsivité, une certaine nervosité face à l'extérieur revêtant une coloration terrifiante ou oppressante.

Tout ce qui est à la fois externe et interne à soi peut devenir source d'angoisse, d'agression, d'oppression...

Lorsque c'est externe, il s'agit de l'ensemble des situations qui réveillent nos pulsions protectrices. Ce peut-être une attitude, une parole d'une personne que l'on apprécie, ou même d'un inconnu. Je me rappelle d'une réaction que j'ai eu un soir : j'étais attablée avec plusieurs amis à la terrasse d'un café lorsqu'un jeune homme vient demander un stylo (un 'bic' en belge). Mon copain de l'époque s'empresse de lui proposer mon bic. Et stupeur générale lorsque je pète un plomb face à tous. Mon interprétation inconsciente avait été que l'on me privait de ma volonté d'accepter. Mis en lien avec mon passé, il s'agissait du sentiment de prise de pouvoir sur mon intégrité psychique et physique d'accepter de donner (en lien avec la thématique de l'abus sexuel).

C'est un exemple relativement extrême, je le concède, mais il me semble pertinent pour y voir quelque chose de représentatif d'une attitude de défense inadéquate.

Cela vous est-il familier?

Si vous vivez des situations où vous perdez le contrôle pour des raisons peu compréhensibles pour votre entourage, il est fort possible que vous ayez ce genre de mécanismes de défense.

Il en va de même pour les angoisses et phobies. Le mécanisme en jeu est une association symbolique de choses sans rapport direct avec l'expérience psychique d'un événement, d'un ensemble d'attitudes de proches, d'un schéma familial, etc vécu comme un danger. C'est un sujet à part entière, mais il est important de prendre conscience que c'est une mesure de protection, inadaptée, mais protection tout de même, et en cela, les phobies font partie du superbe et large panel des cuirasses!

Mais alors, comment s'en débarrasser ?

Vous vivez probablement ces protections comme des handicaps sociaux, des difficultés supplémentaires dans la vie, des souffrances... Et vous aimeriez vous en débarrasser à la poubelle, à l'incinérateur, tout faire disparaître!

Mmmh... C'est peut-être ici que l'on va avoir du fil à retordre!

Les protections, comme elles l'indiquent, servent à protéger quelqu'un : vous-même.

De quelque chose : toute agression possible!

Le souci étant l'interprétation de votre inconscient, qui est resté au stade de l'enfance!

C'est donc au niveau de ces interprétations que votre inconscient devra être convaincu de modifier son approche. A l'inverse, toute tentative pour censurer la défense, suscitera une réaction d'autant plus vive et violente car vous serez assimilé à l'agression elle-même!

Imaginez que votre inconscient est un petit enfant, d'environ 6 ans. Il est capable de vous comprendre si vous lui parlez, mais s'il croit que quelque chose est dangereux, lui expliquer de long en large que ça n'est pas dangereux ne servirait à rien, il pourrait même imaginer que vous voulez qu'il se mette en danger!

Comme il se croit en danger, il a mis en place une armée de défense redoutable! Il est métamorphosé en véritable guerrier!

Vous faites des approches agressives contre sa défense : son sentiment de danger accroît, il renforce ses défenses, et soit se retranche d'avantage, soit vous agresse carrément!

Ceci n'est pas schizophrénique, ce ne sont évidemment pas des personnalités réelles, c'est juste vous-même, mais le fait d'identifier différents personnages correspondant à des parts qui se sont actualisées sur des temps ou des modes différents permet d'entrer en contact avec elles et de mieux conscientiser ses propres réactions et schémas!

Je ne peux pas m'en débarrasser, ok... Mais j'en fais quoi alors?

On ne peut pas laisser tomber les problèmes qu'engendre la protection et les avantages de cette protection! Laisser tomber les protections ne peut se faire qu'en parallèle d'un apprentissage beaucoup plus complexe de mise en confiance avec soi-même.

Il est important de savoir exactement ce que l'on perdrait si l'on se libérait de certaines protections : perte de la vitalité de la colère? Perte d'un sentiment de légitimité dans la révolte? Perte d'un sentiment de contrôle dans la jalousie? Perte du sentiment de se respecter et de se protéger dans des réactions agressives?

Je vous invite à regarder au fond de vous, sans concessions, sans complaisance, sans jugement, juste en observant comme on observe un paysage : qu'est-ce que je gagne en ayant ce comportement désagréable, handicapant, agressif? Quel est mon avantage?

Attention, ce n'est pas parce qu'il y a un avantage que l'on cautionne moralement! Ne jugez pas surtout! Ces défenses sont bien souvent considérées comme non légitimes, méchantes, pas très classes, amorales... Contentez-vous de regarder, et éloignez de vous le jugement, la honte, la culpabilité... Si la honte est trop présente et que vous n'arrivez pas à vous empêcher de juger, peut-être que ce n'est pas le moment pour vous, et qu'il est préférable de vous libérer progressivement de la honte d'abord, ou peut-être pourriez-vous faire le même travail avec un comportement qui suscite moins de honte, et vous désensibiliser de la honte progressivement...

J'insiste sur la communication avec ses parts, car c'est la façon la plus douce, progressive, accueillante de soi pour atteindre des évolutions!

Comment fait-on? Lire l'article "Ecouter la mélodie de chaque part de soi"

Et si j'étais très bien moi, avec mes protections?

Ces protections sont certes envahissantes et parfois sources de souffrances, elles n'en sont pas moins des protections!

Vous pourriez être à une étape de vie où vos défenses sont importantes pour vous, elles vous évitent le sentiment de vulnérabilité, elles vous semblent vous protéger efficacement, vous donnent de la combativité, un sentiment de contrôle, une colère qui vous permet de défendre vos intérêts, votre intégrité, de la révolte, etc...

C'est une étape importante également! Ne combattez pas vos mécanismes de défense si pour le moment ils vous aident dans l'existence! Qu'ils vous aident à exister!

Parfois accepter que l'on soit un temps GUERRIER c'est déjà GUÉRIR!

Ce qui est important, que l'on décide de continuer avec ses mécanismes ou de s'en libérer, c'est que tout peut se faire très progressivement, il est nécessaire de se laisser le temps, de se voir avec patience et confiance...

Il est tout à fait nécessaire et fondamental de s'écouter, et de ne faire les démarches de libération qu'en conscience, et en totale acceptation de l'évolution... Si vous êtes tenaillé par un doute, que vous avez des réticences, que vous oubliez systématiquement votre rendez-vous chez le psy... C'est peut-être que ça n'est pas le moment pour vous. Chaque chemin est totalement différent, chacun passe par des étapes personnelles, selon une temporalité qui lui est personnelle...

En bref :

Quoi que vous fassiez, quel que soit votre chemin, c'est le vôtre! Et il est parfait comme ça!

Ecoutez-vous, entendez les parts en vous qui parlent et disent ce qu'elles désirent, ce dont elles ont besoin...

Chaque "symptôme", chaque réaction, chaque besoin, limite ou désir doit être entendu...

Concentrez votre attention sur ce que votre corps ou votre esprit vous montre, avec insistance! Ecoutez avant que l'émotion ne devienne maladie!

Et gardez le respect et la bienveillance pour vous-même, loin de tout jugement!

Magnifique chemin à vous, dans la conscience et la bienveillance!

J'accompagne personnellement des personnes qui sont sur ce chemin, si vous ressentez le besoin d'être accompagné pour écouter les parts en vous, n'hésitez pas à me contacter : info@corps-et-arts.net

#émotions #thérapie #thérapiepourborderline #évolution #responsabilité #borderlines #consciencedesoi

Posts Récents
Posts à l'affiche
Retrouvez-moi
Pas encore de mots-clés.
Rechercher par Tags
Archives
  • Facebook Basic Square

Corps et  Arts

Au Cœur  de l'Âme

Compte IBAN : BE75 3631 8074 1251

BIC : BBRUBEBB

N° Entreprise : 0711.897.450

TVA : BE0.711.897.450

Marie CHRISTELBACH

Rue François, 7

1490 Court-Saint-Etienne

Belgique

Tous droits réservés 
Corps et Arts 2018
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now